Je voudrais vous parler d’une série de livres de Suspense-Fantastiques que je viens de terminer et qui est tout simplement Excellente ! Il s’agit de la série de 5 livres de David Eddings – Les Chants de La Belgariade, j’ai inscris le titre de chacun des livres dans ma liste de livres Fantastiques, en-dessous de mon profil. Je vous le dis, c’est aussi bon que Le Seigneur des Anneaux !!

La Belgariade raconte la vie de l'enfant lumière (Garion) qui devra affronter l'enfant des ténèbres (Torak le Dieu du mal). Deux prophéties existent depuis la nuit des temps et tous les deux parlent de cet affrontement. L'une dit que le bien triomphera du mal, l'autre, le contraire... Suivez les traces de Garion, de sa tante Polgara (Fille de Belgarath, sorcière) et de Belgarath l'Éternel Sorcier dans leur quête pour retrouver l'Orbe d'Aldur, seule arme capable de tuer Torak, le Dieu-Dragon. Suivez-les jusqu'à l'ultime combat en le Bien et le Mal. Un classique qui se situe à mi-chemin entre le style de Tolkien et celui de Jordan. L'humour employé par ce Maître de la Fantaisie vient très bien s’emmêler à l’histoire et découle beaucoup plus de sarcasme entre les personnages que d'humour commercial.

Le monde d'Eddings est aussi sinon plus complexe que celui du Seigneur des Anneaux mais en même temps un peu moins original. Il y a aussi des Trolls ou autres espèces purement imaginaires mais la majorité du temps nous avons beaucoup plus à faire à des races très proches des hommes. La complexité vient donc plutôt de la politique des nombreuses races. Que se soit les Drasniens, les Algariens, les Sendariens, les Murgos, etc... chacun ont leurs lois et leurs coutumes. Dans certains peuples, la religion est au plus fort, dans d'autres l'esclavagiste est normal et certains vont jusqu'à vendre leur femme aux enchères!

Ce qui est vraiment séduisant dans l'écriture de ce grand de la Fantaisie, c'est le dialogue et là est la grande différence avec l' écriture de Tolkien. Si les 3/4 du texte dans le Seigneur des Anneaux est de la narration, les pourcentages sont complètement inversés dans La Belgariade. On a l'impression de se faire conter une histoire par le plus grand conteur que la terre ait connue dans la trilogie de Tolkien, mais avec Eddings, on a l'impression avec cette oeuvre de faire partie des personnages et de les écouter parler juste à côté de nous tellement le dialogue est constamment présent.
Amateurs de fantasy, vous ne serez pas déçus !
Voici donc une introduction à cette série de livres FANTASTIQUES :

Ils étaient 7 Dieux, qui vivaient parmi les Hommes dans le Monde qu'ils avaient créé... Ils étaient connus de leurs peuples respectifs sous les noms de Belar, le Dieu-Ours des Aloriens; Chaldan, le Dieu-Taureau des Arendais; Issa, le Dieu-Serpent des Nyissiens; Nédra, Dieu des Tolnédrains; Mara, que vénérèrent les peuples Marags avant leur disparition et aussi Torak-le-Beau, le Dieu-Dragon (Maléfique), adoré par les Grolims (prêtres magiciens sanguinaires), les Murgos, Thulls et Nadraks. Un seul, Aldur, le Dieu-solitaire, n'avait nul peuple à sa suite, mais seulement quelques individus auxquels il enseignait les secrets du Verbe et du Vouloir, c'est-à-dire la Sorcellerie. Son premier disciple fut Belgarath le Sorcier. Le Temps n'avait point de prise sur celui-ci ni sur ses descendants, pas plus que sur les 5 autres disciples d'Aldur, dont Zedar, le sorcier traître.

            Le malheur pour le monde vint lors de la création de l'Orbe d'Aldur, le plus puissant artéfact que le Dieu créa à partir d'une simple pierre qu'il métamorphosa en un globe vivant aux pouvoirs  incommensurables. Aldur se servit de l'Orbe pour réaliser des  miracles. Le malheur vint lorsque Torak vît l’Orbe d’Aldur pour la première fois et il la désira pour obtenir le pouvoir sur tous les peuples.

            Le vol de l'Orbe par Torak (Dieu du mal) provoqua la guerre entre les Aloriens (Hommes de l'Ouest, serviteurs de Belar) et les Angaraks (Peuples de l'Est de Torak). Les guerres mirent l'univers à feu et à sang. Les océans bouillonnèrent, les montagnes s'enflammèrent ou s'effondrèrent car Torak brandit l'Orbe pour faire triompher sa cause. Mais en dressant le joyau palpitant contre la Terre d'où il était issu, Torak ne savait pas que l'Orbe ne devait être touché que par des âmes purs et qu’elle pouvait se rebeller contre lui, donc un éclair jaillit de l'Orbe, incendiant la moitié du visage du Dieu, lui détruisant l'oeil à jamais. Alors Torak s'enfuit, abandonnant le combat pour s'installer dans Cthol Mishrak, la cité de la Nuit, où il enferma l'Orbe au sommet d'une tour de fer. Beaucoup de siècles s'écoulèrent sur le monde ravagé...

            Mais une nuit, Belgarath, ainsi que Chérek-Garrot-d'Ours, le plus puissant des rois Aloriens et ses trois fils, Dras, Algor et Riva, reprirent l'Orbe à Torak. Ils réussirent à reprendre l’Orbe grâce au fils Riva, qui avait un cœur pur et était le seul parmi eux à pouvoir prendre l’Orbe dans ses mains sans se faire détruire. La guerre reprit. Mais Riva, le plus jeune fils de Chérek, défia Torak en combat singulier et lui montra la vision que l'Orbe avait de l’issu du combat, ce qui provoqua la fuite du Dieu et les armées des Angaraks furent réduites en cendres. Alors pour éviter la destruction définitive de leur monde,  les dieux restants prirent la décision de ne plus vivre parmi leurs peuples, de devenir de purs esprits afin de guider leurs hommes par leurs conseils via le ciel.

            Belgarath et une de ses deux filles, Polgara, se trouvèrent investis de la mission de guetteurs, surveillant Torak l'Endormi et les agissements des prêtres grolims pour l'éternité.

            Chérek et ses fils se partagèrent les Royaumes d'Alorie. Riva mena son peuple dans l'Ile des Vents et y bâtit une ville-forteresse à laquelle il donna son nom. Avec le métal de 2 météorites, présent de Bélar, il forgea une épée dans la garde de laquelle il enchassa l'Orbe d'Aldur... Et le monde se calma en dépit des intrigues diverses des Angaraks.

            Voici la mythologie, les fondements légendaires du monde de David Eddings. Monde dans lequel il va faire vivre et grandir, un orphelin, Garion. Le jeune héros va être entraîné dans une quête mystérieuse par deux personnages plutôt surprenants au premier abord : sa tante, Dame Pol, la cuisinière d'une grosse exploitation agricole; et Sire Loup, un non moins étrange vagabond, mi-clochard, mi-ménestrel, qui revient à intervalles réguliers dans la ferme où vit le jeune Garion... Entraînant avec eux Durnik le forgeron, un brave homme amoureux de Dame Pol, ce petit groupe initial s'adjoint  très vite d'autres personnages tout aussi bizarres aux yeux de Garion qu'à ceux du lecteur. C'est d'abord Barak, un guerrier chérèque d'apparences assez frustres, qui se transforme en ours et Silk un "commerçant"  itinérant drasnien, aux étranges talents. Plus tard, on découvrira d’autres personnages franchement extravagants et hauts en couleurs, tels Lelldorin, le nobliau inconséquent, mais bon compagnon et archer expert; Hettar, le taciturne Maître des Chevaux (Peut communiquer avec ses derniers) et sanguinaire tueur de Murgos; Mandorallen, l'archétype du Paladin pour lequel l'auteur de ces lignes a une petite faiblesse bien marquée et Ce'nedra, une jeune princesse, agaçante parfois, qui va tomber sur le chemin du Sorcier Belgarath et des autres, va vivre une histoire d’amour (se chamailleront souvent lol) avec un certain personnage que je ne dévoilerai pas pour ne pas couper le punch.

         Ce qui est amusant dans ces personnages, c'est qu'ils sont à la fois bien typés, avec des comportements caractéristiques de leurs cultures supposées, que le lecteur ne découvre qu'au fil du récit, a un arrière-plan très étoffé, mais aussi avec des qualités et des travers qui n'apparaissent eux aussi qu'au cours de l'histoire et qui montrent que ces second rôles sont eux aussi des exceptions dans leurs sociétés... Ils ne sont pas de simples accompagnateurs au héros central, ils ont également leur importance. De plus, si on les découvre avec les yeux de Garion, c'est à dire avec les yeux d'un gamin ayant toujours vécu dans une ferme, loin de la civilisation, on découvre en même temps que lui qu'un vulgaire guerrier chérèque, tel Barak, ou un "voyageur" tel Silk, ou encore Sire Loup peuvent être bien autre chose que ce qu'ils paraissent être en apparence...
Bonne Lecture (^_^)

Quelques liens en rapport avec ces livres :

Tome 1 De La Belgariade - Le Pion Blanc Des Présages

Tome 2 De La Belgariade - La Reine Des Sortilèges

Tome 3 De La Belgariade - Le Gambit du Magicien

Tome 4 De La Belgariade - La Tour Des Maléfices

Tome 5 De La Belgariade - La Fin De Partie De L'Enchanteur

(Il existe un autre couverture pour ces livres dans les libraires)

http://pages.infinit.net/frodon/fantasy/eddings/belgariade.htm

Je vais commencer à livre la suite ... une autre quintologie qui se nomme :

Les Chants De La Mallorée

Je vous en reparlerais ;)
@ bientôt