Je comprends pas .... vraiment je suis fâchée, les étudiants ne sont toujours pas contents des offres que leur font le gouvernement ! Hey, il leur offre de payer de 15 à 40 % de leur dette à la fin de leur études, puis ils sont pas encore contents !!!! Non mais, pour qui ils se prennent eux autres, je vous dit qu'ils ne regardent que leur propre nombril rrrrrrrrrrrrrrr

Ils arrêtent pas de vouloir de l'$ d'Ottawa mais ils parlent sans cesse de séparation !! Faite-moi pas rire !! Comment vous voulez survivre dans un QC (Pays) si vous vous plaignez toujours au Canada qu'ils vous donnent plus d'Argent ??!!

En tk, moi je ne suis pas pour la séparation en passant et je ne m'en cache pas alors ....

Voici le texte que j'ai lu sur le site de Radio-Canada sur les propositions du gouvernement, vis-à-vis des étudiants, à l'adresse suivante:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Index/nouvelles/200503/17/001-etudiants-jeudi.shtml

Jeudi matin, Québec a retenu une pleine page de publicité dans plusieurs grands quotidiens où il expose la proposition faite aux étudiants mercredi soir. Une offre qui consiste à convertir 40 % des dettes de certaines catégories d'étudiants en bourse à la fin de leurs études et à augmenter les bourses d'études en abaissant le plafond de prêt.

Les étudiants, quant à eux, continuent de réclamer les 103 millions de dollars de bourses que le gouvernement Charest a transformés en prêts il y a de cela un an. Un scénario que refuse le ministre de l'Éducation Jean-Marc Fournier.

Selon le gouvernement québécois, le Québec offre actuellement le plus haut montant de bourses au Canada, l'endettement annuel moyen des étudiants y est le plus bas au pays et les frais de scolarité y sont les moins élevés.

Le refus, mardi, par les représentants étudiants, de l'offre du ministre de l'Éducation pour dénouer la crise, a conduit mercredi plusieurs dizaines de milliers d'étudiants dans les rues de Québec et de Montréal. Massés devant les bureaux du premier ministre Charest à Montréal, près de 100 000 manifestants ont crié leur colère quant aux politiques du gouvernement Charest en matière d'éducation. Plus de 200 000 étudiants sont actuellement en grève au Québec.

L'offre du ministre Fournier

Voici les points saillants de l'offre soumise aux étudiants par le ministre de l'Éducation:   

  • Québec renonce à réinvestir 103 millions de dollars dans les bourses, optant plutôt pour une formule de remboursement partiel de la dette des étudiants.

  • La formule de remboursement proportionnel au revenu (RPR) est abolie.

  • Le RPR est remplacé par une remise partielle de la dette des étudiants les plus démunis, qui obtiennent un diplôme de formation technique au collégial ou un baccalauréat dans les délais prescrits.

  • Québec épongera 15 % de la dette des étudiants admissibles qui obtiendront leur diplôme en 2005, puis rehaussera la remise à 20 % en 2006, à 30 % en 2007, à 35 % en 2008 et à 40 % en 2009.

    Sont admissibles à cette dernière mesure les étudiants les moins nantis, soit ceux qui ont bénéficié d'une aide financière pendant toute la durée de leurs études ou qui ont accumulé une dette supérieure à 6070 $ pour la formation technique au collégial et 8840 $ pour le baccalauréat. Seuls les étudiants ayant décroché leur diplôme dans les délais prescrits pourront en profiter.

  • Le plafond du prêt au niveau universitaire est réduit de 500 $.

  • Le plafond du prêt au niveau collégial est réduit de 250 $.

    Avec la formule proposée par le gouvernement, un étudiant ayant complété ses études collégiales et universitaires se retrouverait avec une dette de 10 400 $ plutôt que de 19 330 $ en vertu des paramètres actuels.

    Coût total des mesures en 2005: 41,5 millions de dollars, montant qui atteindra graduellement 95,5 millions en 2009.