Bonjour,

J'ai décidé aujourd'hui de vous faire part de mes connaissances concernant l'allaitement maternel. Vous savez, comme infirmière, on priorise l'allaitement, vu les ÉNORMES bienfaits qu'il apporte, mais si tout de même, une mère décide pour diverses raisons, de donner du lait artificiel à son bébé, on se doit de respecter son choix, car après tout c'est elle qui décide.

Je ne ferais pas le sujet tout entier car l'allaitement est un sujet qui peut être très très long ... (première tétée, les positions, les soins des mamelons, des seins, difficultés et solutions, etc ..) S'il faudrait que j'entre dans tous les détails, le billet ne finirait pas loll, donc j'ai décidé plutôt de vous parler des bienfaits de l'allaitement sur divers plans, autant chez le bébé que chez la mère. Vous pourrez ainsi faire un choix éclairé losrqu'arrivera le temps de vous décider entre l'allaitement (lait maternel) et le lait artificiel (communément appelé lait de vache).

De toute façon, il y a les cours prénatals, l'enseignement fait à l'hôpital et un livre qui vous sera donné gratuitement durant votre séjour, "Mieux-Vivre avec notre enfant" que je vous conseille fortement de vous procurer si jamais vous accouchez dans un centre hospitalier qui ne le donne pas (il se vend en librairie pour environ 12$), donc ne vous inquiétez pas, vous obtiendrai l'information nécessaire grâce à ses ressources. Surtout n'hésitez pas à poser vos questions aux infirmières, elles sont là pour vous répondre ;)

** Il est préférable (évidemment si possible) de ne pas alterner l'alimentation du bébé, du sein au biberon ... je m'explique, le bébé, lorsqu'il tète, il doit faire un effort avec sa bouche et sa langue pour arriver à faire la succion du lait, tandis qu'avec le biberon, il n'a pas à faire aucun effort ou presque, le lait tombe dans sa bouche sans qu'il se force alors ... si vous alterner, SURTOUT durant les premiers temps de l'allaitement, le bébé ne voudra plus forcer pour obtenir son lait puisqu'il aura connu "la façon d'obtenir son lait sans le moindre effort" et il deviendra plus difficile de lui donner le sein !! C'est le problème que rencontre plusieurs femmes malheureusement, c'est pourquoi je vous le dit, pour éviter que ça vous arrive ;)

Donc pour commencer :

L'ALLAITEMENT

L'allaitement maternel constitue le mode d'alimentation privilégié pour le bébé durant sa première année de vie.

Il existe sans contredit de nombreux bienfaits à l'allaitement maternel, tant sur les plans physiologique, nutritionnel, psychologique qu'immunitaire, et ce, autant pour la mère que pour le bébé.

Je tiens à dire avant d'énumérer les autres bienfaits, qu'il y en a un en particulier qui est TRÈS IMPORTANT, qui fait peser beaucoup dans la balance, donc, l'allaitement diminue de beaucoup le risque de MORT SUBITE DU NOURRISSON !!!

"En passant, on ne couche plus un nouveau-né sur le ventre, il est prouvé que les nouveaux-nés qui sont décédés suite à la mort subite du nourrisson, dormaient sur le ventre, c'est pourquoi il y a tant de publicité à présent sur BÉBÉ, SUR LE DOS ! Il y a des exemples et tout mais, c'était une parenthèse, j'en reparlerais un autre tantôt ;)"

BIENFAITS POUR LE BÉBÉ :

Sur les plans PHYSIOLOGIQUE ET NUTRITIONNEL :

Le lait maternel s'adapte aux besoins de l'enfant.

  • Le lait des premiers jours, le colostrum, est riche en protéines, vitamines et minéraux. Il nourrit parfaitement l'enfant.
  • Le lait de chaque mère est particulier et bien adapté aux besoins et à l'âge de gestation de son bébé. Le lait d'une mère ayant accouché prématurément, par exemple, est plus riche en protéines, en immunoglobulines et en lactoferrine, ce qui le rend mieux adapté aux besoins du bébé né avant terme.
  • La composition du lait maternel change au cours de la tétée. Elle change également selon le moment de la journée, la durée de la tétée, les besoins du bébé et les maladies auxquelles la mère a pu être exposée. Elle change ensuite légèrement au cours des semaines et des mois pour s'adapter aux étapes de croissance du nourrisson.

Il est reconnu que la composition nutritionnelle du lait maternel correspond tout à fait aux besoins du nourrisson. Pendant les 6 premiers mois, la majorité des bébés allaités n'ont besoin d'aucun autre aliment pour assurer leur croissance et leur développement.

  • Les protéines, les glucides et les matières grasses sont faciles à digérer et sont bien absorbés puis utilisés par le nouveau-né.
  • Les enzymes digestives contenues dans le lait maternel facilitent la digestion et l'utilisation des éléments nutritifs qu'il renferme.
  • La faible teneur en électrolytes et, par le fait même, la moindre charge rénale évitent un surcroît de travail aux reins encore immatures du nouveau-né.
  • La biodisponibilité de certains éléments nutritifs (fer, calcium, zinc), c'est-à-dire leur efficacité biologique dans l'organisme, est élevée dans le lait maternel.
  • La proportion adéquate d'acides aminés et d'acides gras polyinsaturés à longue chaîne, la teneur en lactose et la présence de cholestérol favorisent le développement OPTIMAL du cerveau et du système nerveux central.

Sur les plans IMMUNOLOGIQUE, ANTI-INFECTIEUX et ANTI-ALLERGIQUE

L'enfant qui reçoit le lait de sa mère pendant une durée d'au moins 3 mois semble protégé de plusieurs maladies et ce, jusqu'à l'âge d'un an, donc bien au-delà de la période d'allaitement.
Ainsi, les bébés allaités sont moins nombreux que les bébés nourris artificiellement à souffrir de diarrhées, d'infections gastro-intestinales bactériennes et d'infections des voies respiratoires inférieures, plus particulièrement celles causées par le virus respiratoire syncitial (bronchiolite). Ils font moins d'otites moyennes aiguës et d'otites séreuses chroniques, sans toutefois avoir moins d'infections des voies respiratoires supérieures. Il en résulte un taux moindre de consultations médicales et d'hospitalisations parmi les bébés nourris au sein. Par ailleurs, s'il arrive que les bébés allaités soient atteints par ces maladies, leur gravité est de moindre importance et leurs conséquences, moins sérieuses.

  • Le lait de chaque mère contient des anticorps qui protègent son bébé contre les maladies auxquelles elle a été exposée. Ainsi, les nourrissons allaités ont une protection immunitaire accrue contre les infections.
  • Le lait maternel contient une diversité de substances (immunoglobulines, lysozymes, leucocytes, agents anti-inflammatoires, facteurs bifidus) qui protègent l'enfant contre les infections :
      • en tapissant les muqueuses du tube digestif et de l'appareil respiratoire, les protégeant ainsi contre les organismes pathogènes;
      • en stimulant le développement de la flore intestinale;
      • en empêchant la croissance des micro-organismes nuisibles ou en les détruisant.

L'allaitement maternel pourrait réduire l'incidence et la gravité de la maladie allergique au cours de la 1ère année de vie chez les nourrissons provenant de famille à haut risque, c'est-à-dire de familles où il y a présence d'allergies chez l'un des parents ou les deux, un frère ou une soeur.

  • Les immunoglobulines contenues dans le lait maternel protègent l'intestin du nourrisson contre l'absorption des protéines alimentaires étrangères.
  • De plus, le tractus gastro-intestinal d'un bébé nourri au sein se développe plus rapidement, empêchant des protéines étrangères de traverser la barrière gastro-intestinale.
  • La présence d'éléments nutritifs comme le zinc et les acides gras polyinsaturés à longue chaîne dans le lait maternel favorisent le développement de la réponse immunitaire du bébé.

ATTENTION: Il faut noter que les bébés à risque élevé d'allergies, le fait de donner un seul biberon de lait artificiel augmente les risques de sensibilisation précoce à la protéine bovine.

On reconnait que l'allaitement favorise une meilleure santé dentaire en influençant un bon développement de la mâchoire et de la structure faciale. Quant aux bienfaits de l'allaitement maternel sur le développement intellectuel de l'enfant, ils sont davantage significatifs chez les bébés prématurés que chez les enfants nés à terme. Chez ces derniers, les petites différences observées peuvent tout de même s'avérer intéressantes lorsqu'elles sont appliquées à l'ensemble d'une population.

Sur les plans PSYCHOLOGIQUES ET SENSORIEL

  • L'allaitement maternel répond aux besoins de chaleur, de nourriture, de succion et de contact physique du bébé.
  • L'allaitement procure une période de stimulation sensorielle intense pour le nouveau-né. En effet, la vue, le toucher, l'ouïe, le goût et l'odorat sont stimulés à chaque tétée.
  • L'allaitement comble également les besoins d'amour, de sécurité et de réconfort du bébé.


BIENFAITS POUR LA MÈRE :

Sur les plans PHYSIQUE ET PHYSIOLOGIQUE

  • Parce qu'il induit la libération de l'ocytocine (hormone qui permet l'éjection du lait), l'allaitement immédiatement après la naissance stimule les contractions de l'utérus et l'expulsion rapide du placenta, prévenant ainsi les pertes sanguines excessives et l'anémie. C'est par le même mécanisme que l'allaitement favorise l'involution utérine (lorsque l'utérus redescend et se remet ainsi en place).
  • L'allaitement maternel retarde le retour de la fertilité. À certaines conditions, soit si l'allaitement est exclusif, et tant que la mère n'a pas de saignement (menstruations), il contribue à éviter une grossesse rapprochée. Dans ces conditions, les possibilités de devenir enceinte sont de moins de 2% au cours des 6 premiers mois.
  • La perte de poids postnatale est généralement soutenue chez les femmes allaitantes, mais une étude récente réalisée à Montréal montre qu'elle n'est pas nécessairement plus rapide que chez les femmes qui n'allaitent pas. Pour éviter de créer des attentes irréalistes chez les femmes allaitantes, les nuances sont certainement indiquées, toutefois, il est dit qu'une femme allaitante a beaucoup plus de chance de perdre du poids même si la perte de poids n'est pas plus rapide que chez les femmes qui n'allaitent pas.
  • L'allaitement maternel semble réduire l'incidence d'ostéoporose. En effet, le risque d'ostéoporose après la ménopause serait moins grand pour les femmes ayant donné naissance à un enfant et significativement moins élevé pour celles qui ont allaité leur(s) enfant(s).
  • L'effet de l'allaitement maternel sur la prévalence du cancer du sein a fait l'objet de plusieurs recherches. La revue de l'ensemble des travaux publiés sur la question (réalisée par Labbok) montre que l'allaitement maternel a un effet protecteur contre le cancer du sein préménopause. Elle montre également que l'effet augmente avec la durée totale de l'allaitement au cours de la vie.


Sur le plan PSYCHOLOGIQUE

  • L'allaitement maternel favorise le développement de la relation mère-enfant.
  • L'allaitement peut donner un sentiment de confiance à la mère dans ses capacités de répondre aux besoins de son enfant.
  • Des études récentes suggèrent que l'allaitement maternel réduit le niveau de certaines hormones liées à la réponse au stress, tel que le cortisol. À cause du lien entre le stress et la dépression postpartum, il semble que l'apparition de cette dernière pourrait être réduite chez les femmes allaitantes.


Sur le plan PRATIQUE

  • Le lait maternel est Économique: le coût d'un régime alimentaire équilibré pour la mère qui allaite est inférieur au coût du lait artificiel.
  • La charge de travail que représente l'alimentation du bébé est réduite: il n'y a rien à acheter, il n'y a pas de biberons à préparer, à réfrigérer, à réchauffer, à laver et à stériliser.
  • N'importe où, n'importe quand, le lait maternel est toujours prêt, toujours frais. La nuit comme le jour, en visite, en voyage, les tétées sont plus simples.
  • Le lait maternel est Écologique: il ne nécessite ni eau ni électricité pour la production, le transport, la stérilisation, la préparation et la conservation. Il ne produit ni boîte vide, ni carton, ni plastique.

Les études des dernières années montrent que les bienfaits de l'allaitement maternel sur la santé de la mère et sur celle de l'enfant sont souvent liés à la durée et à l'exclusivité de l'allaitement. L'expression anglaise "Dose-Response" illustre bien ce phénomène: plus la dose est importante, plus l'effet (ou la réponse) est important.

Note : Le réflexe d'éjection est indépendant de la conscience et de la volonté. Par ailleurs, il est sensible à l'état émotionnel de la mère. Plus les émotions de la mère sont intenses, plis il y a de risques de bloquer le flux d'éjection. Plus la mère est calme, paisible, plus elle a de chances de voir jaillir son lait. Dans ces conditions, il est important de favoriser le calme et l'intimité lors de la mise en route de l'allaitement, d'éviter les situations et les remarques gênantes, et ce, particulièrement durant les premiers jours et les premières semaines d'allaitement. Comme pour toutes autres régulations hypothalamiques, la fonction de l'allaitement s'organise ensuite en quelques semaines pour être moins dépendante des émotions.

J'ai pris toutes ces informations du livre de la formation que j'ai reçu. Ce livre ce nomme:

Allaitement Maternel - Guide Pratique à l'intention des intervenants et intervenantes; Édition 2002.

Renseignements supplémentaires si vous désirez :

Soins de nos enfants : http://www.soinsdenosenfants.cps.ca/grossesse/allaitement.htm

Ligue La Leche
: http://www.allaitement.ca/

Services pour l'allaitement maternel (visites à domicile & consultations téléphoniques) : Fichier Adobe (PDF) http://www.mamadearest.ca/en/download/2003BSPL.pdf

Mamie Lait : http://www.mamielait.com/l'essentiel.htm

Maman pour la vie : http://www.mamanpourlavie.com/fr/allaitement/index.html

Informations sur les enfants de Prénatal à 6 ans :

http://www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/prenatal/index_f.html

Pour les intervenants (es) :

http://www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/publications/bf_manuelpratique_f.html


J'espère sincèrement que ces informations vous auront été utiles et qu'elles vous auront permis de connaître véritablement tous les bienfaits de l'ALLAITEMENT MATERNEL .
@ bientôt, Bibi79 (^_^)